Nanobiose simplifie la recherche médicamenteuse

Qui n'a jamais manipulé au cours de son parcours scolaire la réputée "boîte de Petri" pour ensemencer des cultures de bactéries ou d'organismes cellulaires supérieurs ?

Si cette solution mise au point en 1887 par le bactériologiste Julius Richard Petri répond encore à des centaines d'expérimentations quotidiennes, ce type de systèmes in vitro "n'est pas pertinent biologiquement et autorise de grandes différences entre les tests in vitro et in vivo" explique Damien Fleury.

Docteur en biophysique moléculaire, il a co-fondé Nanobiose en juillet 2016 avec Sarah Milgram pour développer un dispositif "lab on a chip" (laboratoire sur puce) baptisé "SecretCells". Derrière sa volontaire double interprétation ("secret des cellules" ou "sécrétions cellulaires"), la terminologie de cette technologie signifie surtout la création de puces microfluidiques capables de simuler un environnement tri-dimensionnel similaire au milieu vivant. Ce système dynamique représente une solution flexible adaptée à différents types de cellules et de biomarqueurs sécrétés. "Le dispositif permet d’évaluer tôt l’efficacité ou la toxicité des molécules testées dans un environnement plus représentatif et proche du corps humain grâce aux biomarqueurs" assure Damien Fleury. Cette capacité à générer des résultats scientifiques aisément transposables à l'homme représente un gain de temps (donc d'argent) et de sécurité dans le développement des molécules thérapeutiques. SecretCells vise à réduire le taux d'attrition des essais cliniques. "Neuf candidats médicaments sur dix échouent lors des essais cliniques sur l'homme, à la fin d’un processus long et coûteux d'une douzaine d'années de R&D, souvent proche d'un milliard d'euros. Les raisons viennent d'une inefficacité et ou d'une toxicité non détectée auparavant" confirme Damien Fleury. Après trois années de développement, Nanobiose dispose aujourd'hui d'un prototype fiable, breveté et déployable à l'échelle industrielle pour les laboratoires pharmaceutiques, cosmétiques et de la recherche publique. C'est tout l'enjeu de la croissance escomptée de l'entreprise, accompagnée par la Région Auvergne Rhône Alpes dans le cadre du programme R&D Booster 2020, et qui propose aujourd'hui de partager sa technologie avec les acteurs engagés dans la lutte contre la Covid 19. 

Contact :

Entreprise : Nanobiose | Parc d'Activités Alpespace, 354 Voie Magellan - 73800 Sainte Hélène du Lac | 04 79 26 67 57 | http://www.nanobiose.com / contact@nanobiose.com

Agence : Hélène LESAUVAGE | 06 65 40 64 20 | hlesauvage@arae.fr

Interview : Raphaël Sandraz

Publié le 10 novembre 2020


Mis à jour le 26 novembre 2020

Partager
Le groupe Duffau acquiert Spi Énergie